• 2ème partie, en route vers Bale

    14 juin : Nevers / Bourbon Lancy

     Je retrouve la solitude du rouleur de fond.  Guy, le gars de Plonévez repart vers l'Ouest. Quand je discute avec les cyclos comme moi, beaucoup ont la même réflexion. Quand on roule avec quelqu'un, le retour au voyage en solitaire donne une petite journée de blues.

    Journée ventée, pleine face.  90 Kms pas très intéressants. L'itinéraire longe le canal latéral de la Loire avant de grimper dans les collines à partir de Decize. Quelques difficultés pour trouver à manger car on passe loin des villages et quand on y passe il n'y a plus d'épicerie. Beaucoup de bretons sur la route. Ceux qui reviennent de l'est, et d'autres qui vont vers Bâle. Je vais récupérer des gants, semés par un couple de St Malo. Madame sème son équipement, mais il m'est bien arrivé d'oublier mes lunettes de vue!!!

    Camping à 8€ après le passage de multiples collines qui, avec le vent, ont fini de me ruiner les jambes. A l'approche de Bourbon, gros grain mais la pluie va s'interrompre le temps de monter la tente. Je pressent que le linge va avoir bien du mal à sécher cette nuit. Heureusement, ce camping qui fait accueil vélo dispose d'une pièce pour les cyclos. Au moins le repas sera au sec.  Dodo tôt ce soir, les rêves seront souvent interrompus par de grosses averses.

    Petit SMS en fin de soirée, l'ami Guy est à... Redon. Gast!! il a acheté un VAE ? à moins qu'il n'ait pris le train!!

    2ème partie, en route vers Bale

     

     

    15 juin Bourbon / Palinges

     

    Petite journée... 75 kms dont une bonne partie sur des voies vertes et des routes assez roulantes. Il a bien plu une partie de la nuit. Mes fringues lavés hier sont trempés. Point positif, il ne pleut plus au réveil. Bizarrement, alors que j'ai l'impression de lambiner, je pars à 8h40 avec un cuissard trempé.

    Arrêt café croissant dans un bistrot de campagne qui fait aussi épicerie, on en retrouve de plus en plus dans des petites communes qui ont décidé de se battre pour ne pas laisser mourir ces lieux de convivialité. Petit arrêt à Digoin et son pont-canal puis à Paray le Monial, route de Santiago. J'ai 60 kms au compteur quand je passe à table, avec l'indispensable coka qui donne un coup de fouet l'après midi. J'en profite pour chercher un camping pour ce soir. Surprise, je suis dans une sorte de vide. C'est à Palinges, ou bien c'est 70 kms plus loin. Et comme la pluie annoncée est bien là, ce sera Palinges. Le camping au bord de l'étang est sympa et l'accueil tout pareil.

    J'en profite pour laver tout à la machine, c'est gratuit et je trouve un espace couvert et venté pour mettre mon linge à sécher. John , de Lake district est au camping, je vais en profiter un peu pour réviser mon anglais avec lui. Il ne reste qu'à attendre en lisant que la pluie cesse pour monter la guitoune.

    Si les prévisions sont bonnes, 4 jours de soleil à suivre, ça devrait m'amener à Bâle. Cochon grillé au camping ce soir, mais c'est complet donc je me rabat sur les pâtes, mais bière au bar. Allez, j'y go.

    Dans une gendarmerie, un escargot vient déposer plainte. Il a été agressé par 2 tortues. Et le gendarme de lui  présenter des photos pour qu'il puisse reconnaitre ses agresseurs. Et l'escargot de répondre : " oh vous savez, c'est arrivé tellement vite..."

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

    Paray le Monial

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

     

    16 juin Palinges / Gercy

    Ce matin au camping, j'étais le dernier à partir. Mon voisin de Lake district, et mon autre voisin de Copenhague partent à donf, sans petit déjeuner, alors que nous affrontons une sorte de no man's land. Dans le coin, pas de camping, pas d'épicerie. Pas de boulangerie pour le petit croissant et pas de café pour boire avec. Quelle misère.

    Heureusement il y a Monceau les Mines.  Ah, Monceau ...belle destination de vacances... J'ai dû me taper le supermarché, seul truc ouvert avec tellement de choses que je ne trouve pas le peu dont j'ai besoin. l'horreur !!! Car en quelques jours de vélo on apprend à détester les supermarchés au profit des épiceries de village. Heureusement, j'ai quand même la compensation, café / pain au chocolat au PMU local, ou mon vélo et son chargement animent la conversation.

    Mais on est dans une belle région, ce matin, j'ai côtoyé les vignes de Mercurey, l’abbaye de Cluny et les hospices de Beaune, j'en ai les papilles qui frétillent. Et la succession d'écluses entre Montchanin et Ecuisses sur le canal du Centre font une zone bien agréable.

    Rencontre du jour, Slava, cyclo russe équipé très très léger avec un gravel Giant qui fait Lisbonne Moscou, en toute simplicité. Et comme il parle très mal anglais, pas du tout le français et ne sait pas que l'allemand et le mandarin existent, il est dans une sorte de bulle et roule, sans trop se poser de question. On a parlé dans une langue qui mélange le GSM avec une carte, la gestuelle, quelques mots d'anglais et le sourire. J'aime bien ce genre de gus. Avec 35 ans de moins, pourquoi pas.

    105 kms, c'est tout, mais il était temps d'arriver dans le fabuleux camping de Gergy. Municipal à 5€ ou je suis le seul campeur. Et une super guinguette qui sert de bonnes bières et avec une très belle vue sur la Saône. Car depuis Châlon- sur Saône j'ai changé de dimension. La Loire, c'était petit joueur. A moi les grands espaces.
     

    Slava, on the road again...

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

    Le repos du guerrier, avec la Saône à mes pieds.

    2ème partie, en route vers Bale

     Seul au camping, sur  la Saône.

    2ème partie, en route vers Bale

     

    17 juin Gercy / Ranchot

    Je croise peu de monde sur EV6 ce matin, et pourtant il y a un gros vent d'est qui m'épuise. Et puis je vais rencontrer grincheux, un gars de Arles qui était parti sur EV6 vers l'est sans préparation, sans avoir provisionné son compte, sans carte ni routière, ni de crédit, sans le bon duvet et il fait moche en Suisse et c'est cher. A l'écouter, j'ai presque l'impression que tout est de ma faute. Il a fait demi-tour mais rien ne va car s'il rentre chez lui maintenant il va se faire chier à la casa, donc il hésite, rentrer par le début de la velodyssée ( Roscoff, en même temps, c'est la route la plus courte) ou simplement Nantes puis l'Atlantique... Mais il grinche parce qu'il ne sait pas quoi faire... Alors plein de mansuétude, à bout d'argument, je lui ai conseillé de tenter la pétanque où la belote. Il m'a traité de c.. alors que je joue au psy depuis 1/2 heure, le mal est vraiment profond!

    Bref matinée un peu chiante car c'est du cyclotourisme de tâcheron. Super aire de repos pour le repas de midi qui correspond à un changement de paysage. On passe dans les Vosges, le Doubs, belle rivière sauvage. Je me perd un peu dans tous ces cours d'eau, parfois il y a des petits bateaux, parfois de très gros. Il n'y a plus de vent, il y a un joli café au bord de l'eau avec un joli sourire et 2 gourdes d'eau fraîche. Et il y a André, jeune cycliste de plus de 80 balais qui va faire un bout de route à mes côtés. Putain que la vie est chouette à bicyclette.

    Un petit arrêt au bas de la belle ville de Dôle. Il faudra repasser par là en moto pour explorer les Vosges, mais sans le troupeau de camping cars.

    Ce soir au camping je retrouve un jeune allemand avec qui j'ai tapé la causette il y a 3 jours. Et peut-être demain mon gars de Lake district, nord de la perfide Albion, pas écossais, juste ce que Laval est à la Bretagne. Tiens, juste pour Luc, du SC le Rheu, 50 % des vélos croisés sont électriques.

    2ème partie, en route vers Bale

    André, jeune homme de 80 ans, merci pour le bout de route.

    2ème partie, en route vers Bale

    La belle ville de Dole.

    2ème partie, en route vers Bale

     

    ça donne envie, non?

    2ème partie, en route vers Bale

     

    18 juin Ranchot / L'Isle sur le Doubs


    Très belle surprise, cette traversée de France Comté en suivant le Doubs. Le fleuve a créé son lit et chemine entre 2 parois et de belles collines. C'est vert, reposant, avec des petits bungalows fleuris et un peu surannés. Je vais rouler la truffe à l'air. Pas beaucoup de photos, ça rentre mal dans le cadre.

    J'y retrouve John, Lake district, nous allons rouler quelques kms de concert avant de nous perdre lors d'un arrêt photo.

    Passage par Besançon et son architecture militaire ou je fais les courses, puis par Baume Les Dames avant de rejoindre le beau camping de L'Isle sur le Doubs au bout de quelques belles côtes. 110 kms au compteur. Les cyclistes représentent 50% de la clientèle et vous pouvez charger votre portable pour 1€, si, si, je vous jure. Alors un couple de suisse mettra ses batteries à charger dans les sanitaires, d’où elles se feront chaparder. On les retrouvera, planquées par un malandrin qui comptait surement les revendre sur internet ( 300€ environ la batterie, c'est tentant)

    On aime ou pas le VAE mais il y a encore du boulot côté accueil des cyclistes. A quand les coffrets sécurisés comme à Rochefort pour nos GSM et les batteries ?

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

    19 juin L'Isle sur le Doubs / Mulhouse

    Je crois que je vais rester en mode gambettes car mes voisins suisses sont un peu stressés par la tentative de vol hier. Et en plus ils n'ont pas de cadenas pour les vélos.

    Je quitte la Franche Comté pour prendre la direction de l'Alsace. L'étape du jour était courte, 85 kms. Pas l'extase, mais un petit col pour égayer le parcours avant de suivre le canal et de porter mon attention à l'activité des gérants d'écluses sur cette voie peu fréquentée. Je vais manger avec Cathy, qui fait ce boulot en été. 3 pour s'occuper du rafiot, comme elle dit, ce n'est pas l'overdose.

    Avant, j'ai pris mon café à Sochaux, sur le port avec une jolie jeune fille qui roule vers Nantes. Elles est un peu stressée mais je la rassure côté camping et lui précise la zone blanche  vers Monceau les Mines afin qu'elle ajuste ses étapes. Montbéliard a bien fait le boulot. EV6 longe un beau parc le long du Doubs. Et, plus fort encore, j'ai traversé la ville sans voir la grande usine PSA. Je ne connais plus grand monde dans cette usine, et le seul que j'ai tenté de contacter est au Maroc. Ce soir, c'est Mulhouse, et son immense camping très accueillant. Je vais y trouver une carte des routes vélo dans la région avec la route 15 côté français . Je prépare mon itinéraire car je ne vais pas prendre La 15 côté Allemagne, il paraît qu'elle est mieux côté Alsace. La nuit et la journée de demain s'annoncent orageux. A suivre...

     Zut, j'ai loupé une bifurcation.

    2ème partie, en route vers Bale

    2ème partie, en route vers Bale

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :