• 20 avril

    AZROU - FES - TAOUNATE - ISSAGUEN - OUED LAOU.

     

    https://www.openrunner.com/r/9892663

     

    Presque 400 kms dont une partie dans des conditions très désagréables.  

    Au début tout va bien. Ifrane, belle ville bien policée car le roi y a demeure. Puis Fès dont Philippe nous fera faire le tour. :-)))) Et puis cette petite cantine du côte de TAOUNATE, succulente grillade de filet de bœuf. 

    Ben alors, tout va bien mon brave. C'est vrai, si ce n'était les Fangios qui hantent les parages, la journée pourrait être cool. Sur la carte Michelin la N2 et la R509 qui traversent le RIFF  sont soulignée en vert. Suivant la norme, ça veut dire qu'elles sont jolies. Et donc tout ce qui est souligné en vert nous va directement au cœur.  Et puis le terminus est CHEFCHAOUEN, perle du Maroc, donc , pour l'instant, tout va bien.

    Pourtant dès qu'on aborde la 509, on se dit qu'il y a un truc louche. Déjà pour l'ambiance, il commence par pleuvoir, c'est pas net. La route est en très mauvais état et effondrée par endroit. Plus on monte, plus il pleut, plus les villages deviennent glauques et plus le bord de la route ressemble à un dépotoir.  Pas une femme, pas un enfant dans les rues, sorte d'omerta glaçante. Au bord de la route des hommes, jeunes souvent, nous font signe de nous arrêter en mimant l'acte de fumer. Il va nous falloir quelques kms pour comprendre que nous sommes dans la partie de la montagne contrôlée par les gangs qui fournissent le shit.  Le genre d'endroit qui n'a rien à faire dans un road trip touristique. C'est bizarre, mais on a tendance à écouter le bruit du moteur. Dis mon pépère, tu ne vas pas me faire le coup de la panne ici.  A ISSAGUEN, c'est l'apothéose. on a l'impression que la route a été bombardée et les trous sont remplis d'eau et de boue, car il pleut toujours. Ne pas tomber, sous peine de se faire dépouiller sur place... Il y a des voitures dans tous les sens car certains trous sont infranchissables sans 4x4, et les piétons ( à la mine patibulaire dirait un auteur éclairé ) slaloment eux aussi au milieu de la fange.  Les 3 motos restent proches pour pouvoir se surveiller et le premier essaye tant bien que mal de se frayer un chemin dans la boue. Un peu angoissant.

    Nous nous arrêtons à quelque distance du bourg pour étudier un échappatoire.  A peine arrêter qu'un 4x4 se présente avec l'ambition de nous vendre la production locale.  C'est sûr, on ne va pas traîner là . Sur des dizaines de kms, malgré des contrôles de police, nous ne verrons que des revendeurs. Il est bien difficile pour les policiers d'arrêter les locaux car les téléphones marchent et la drogue doit être planquée dans la forêt. 

    Quand nous rejoignons la N2, ça s'améliore. Moins de trous dans la route, mais toujours autant de revendeurs. Il pleut toujours, et Philippe qui se disait assez allergique à la pluie nous fait la démonstration que "c'est dans la tête" L'ex coureur cycliste tente même une échappée en solitaire. Il a beaucoup progressé, le bougre.

    Nous avons abandonné l'idée du camping à CHEFCHAOUEN et décidons de tenter un camping sur la côte. La descente est des plus sympathique par BNI SMIH. Des lacets pour nous détendre après la crispation connue sur les sommets. Quelques photos et arrêt pour enlever les habits de pluie. 

    Trouver un logement ne sera pas de tout repos. Les campings que nous donne le GPS n'existent plus. A la nuit tombante nous découvrons que le camping de OUED LAOU a été remplacé par des halles marchandes. C'est ballot. Mais la providence, ou du moins le revendeur local veille. Ahmed nous propose une maison au bord de la plage. 3 couchages, pour 300 dirhams la nuit. Tope là mon gars, on signe. Les travaux ne sont pas tout à fait finis, mais pour nous, ça roule. Vue sur la plage qu'il faudra nettoyer si on veut attirer les touristes. Et les motos seront surveillées par l'armée qui patrouille toute la nuit sur le sable.

    Sur les conseils de notre logeur, nous irons nous faire arnaquer dans un resto de poisson. La note est trop élevée pour le standing, mais le calamar était bon. 

    Je vais me lever plusieurs fois dans la nuit pour m'assurer que tout va bien côté moto. RAS pour les 2 nuits passées sur place. Demain ? CHEFCHAOUEN, à une heure de route.

    20 avril

    20 avril

     

    Un filet de boeuf grillé à tomber par terre. Merci chef.

    20 avril

     

    Au royaume de la débrouille.

    20 avril

     

    Le riff

    20 avril

    20 avril

     

    Notre sweet home sur la plage

    20 avril

    20 avril

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :