• 2 Mai départ pour La via de Tours

    L'année passée, pour une première, je m'étais fixé un trajet sans doute un peu ambitieux par le Puy en Velay. Un nouveau vélo, des contraintes que je ne connaissais pas, la mécanique dans un moment de sagesse m,avait imposé un peu d'humilité.

    Depuis , le Fahrrad TX800 a accumulé quelques milliers de kms. Un apprentissage nécessaire car la randonneuse n'a rien à voir avec le vélo de route que je pratique en club. Exit le chrono, la moyenne, DURER, telle est la devise du randonneur, et dans tous les cas s'économiser car la route du jour va se répéter demain et et les jours qui suivent. 

    Départ de Rennes le 2 mai, par une matinée humide, qui se poursuivra en journée humide. Jean Pierre, cycliste du club de Le Rheu, adepte lui aussi du vélo-sacoches va m'accompagner jusqu'à Tours. Nous emprunterons l'itinéraire de la flèche de l'Ouest Rennes - Tours, en oubliant de commander les cartons qui nous permettraient de valider les points pour le challenge. C'est ballot. 

    Première étape un peu longuette de 110 kms qui va nous mener au camping municipal de Ménil, sud de Château- Gontier. Sanwitches et café en cours de route, crachin tenace. Et première nuit sous la toile. Premier inventaire des oublis et des surcharges, premières pâtes bolognaises. Et surtout le constat amer, pas un rade pour boire une bière à l'arrivée, la guinguette du camping est fermée ce jour là. Un coup à rentrer à la maison.

    La via de Tours

    La via de Tours

     

    Jean Pierre, du SC Le Rheu.

    La via de Tours

    La via de Tours

     

     

     

    3 mai, direction Tours. Départ à 9h00 par les rives de la Mayenne alors que le soleil pointe le bout de son nez. Des petites routes pendant une bonne partie de la journée, quelques raidars qui mettent les jambes à contribution. 125 kms, Jean Pierre commence à me maudire. Camping à Luynes, rive nord de la Loire, à mi-route entre Tours et Langeais. Et là, la totale, bières et hamburger/frites. Je suis à moitié pardonné.

    La via de Tours

    Petit plaisir mayennais. 

     

     

    4 mai, Luynes - Châtellerault. 115 kms en solitaire. Jean Pierre a pris vers l'ouest en direction de Nantes pendant que je remonte la Loire pour traverser Tours et récupérer la via de Santiago. J'ai retranscris l'itinéraire sur mon GPS à partir d'un guide édité par Ouest-France. Je me rend très vite compte que l'Eurovélo3 et le camino empruntent plus ou moins les mêmes routes. La sortie de la ville est très désagréable, mais bientôt je vais rejoindre les petites routes à 1 voie qui vont être l'essentiel de mon trajet. Première rencontre d'un pèlerin avec sac à dos et beaux paysages sur la Vienne. Je vais aussi récupérer une petite coquille de St Jacques qui va m'accompagner le long du voyage et me servir de passeport. Camping municipal de Châtellerault à 4€, et discussion en anglais avec un cyclo turc qui utilise le même matériel que moi et qui arrive d'Istanbul. 

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    Une petite coquille accrochée à cette stèle en pierre. Je vais la récupérer et l'accrocher à ma sacoche. Elle fera le voyage avec moi.

    La via de Tours

    menu diététique du cycliste. 

     

    5 mai Châtellerault - Poitiers - Aulnay.  133 kms Etape marathon à l'insu de mon plein gré. Mon voisin de camping m'a proposé de rouler avec lui, mais je n'y tient pas trop. Je ne connais pas son niveau et il désire suivre les indications de maps me, alors que j'utilise mon propre itinéraire. Peu de camping quand j'arrive aux 100 kms compteur. Il va falloir téléphoner pour  en trouver un en cours d'aménagement entre Melle et Aulnay. Je vais avoir tout l'espace pour moi. Mais avant, je vais goûter à la voie romaine avant Poitiers. 15 kms pas confortables sur le véritable camino. ça va avec un VTT, mais c'est un peu juste avec une randonneuse.  Au sud de Poitiers, vers le camping de la ville, c'est le salon annuel des jardins. Plein de monde, et plein de fleurs. 

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La solitude du voyageur . 

     

     

    6 mai Aulnay - Saint Palais:  124 kms:  Saint Jean d'Angély , Saintes une portion un peu dure avec des rapides descentes et de rudes montées. Petit tour dans les 2 villes et quelques photos devant la base aérienne de Saintes qui abrite l'école de mécanique de l'armée de l'air dont je fus élève en 1972. Camping dans les vignes à St Palais entre Mirambeau et Blaye. Camping hollandais qui m’accueille en anglais. Je ne vais payer que la taxe de séjour, 0,5€. Le patron gagne sa vie avec les touristes mais accueille les pèlerins. Bière et pain au chocolat seront offerts. Très sympathique en comparaison de ce qui m'attendra plus tard dans d'autres lieux. Seul soucis, moustiques à gogo, du tigre qui pique même à travers les vêtements. Je suis assez surpris car il n'y a pas de points d'eau. Je crois que je ne vais pas traîner dans le secteur malgré l'hospitalité du patron.

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

     

     

    7 mai Saint Palais- Blaye- Bordeaux - Salles. 122 kms  Descente de St Palais vers Blaye à travers les marais. Il va falloir attendre plus d'une heure pour le bac. J'en profite pour faire mes courses et pour prendre mon café/pain au chocolat du matin. Les gens m'abordent facilement avec un regard un peu médusé face au chargement du vélo. Et vous comptez aller loin comme ça ? C'est sur que vu d'une confortable berline, l'ensemble parait un peu hasardeux.

    Allez, on passe la Gironde et direction Bordeaux au milieu des vignes qui font la réputation de la région. Le gueux que je suis ne goûtera pas une larme des divines bouteilles qui abondent dans les caves que longe mon itinéraire. Belles bourgades, mais pas d'aires pour pique-niquer... Dommage. Entrée dans Bordeaux un peu foutoir au milieu des nouveaux quartiers qui sortent de terre. Beaucoup de monde aux terrasses le long de la Garonne et le café y est hors de prix. Mais si on veut de l'eau fraîche, il faut consommer. Et vivement interpellé par une quadra en vélo électrique qui me dit que je me tiens mal sur mon vélo et que je devrais avoir le dos plus droit et qui je n'irais pas loin comme ça. C'est ou, loin, lui demandai-je ?  Début de la traversée fastidieuse des landes. Petites routes, longues lignes droites et parfois piste. Je quitte mon itinéraire pour trouver un camping à moustiques à Salles. Cher (15€) et qui propose une boite de bière à 4€ . Heureusement, il y a un supermarché en face qui a la bonne idée d'avoir des armoires frigo pour la bière. 

    La via de Tours

     

    Ami de passage. J'aime bien sa gourde.

    La via de Tours

    Blaye, entrée de la forteresse

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

     

    8 mai Salles - Dax : 125 kms. Difficile de trouver à manger car il y a peu de villages et beaucoup de magasins sont fermés. Heureusement un relais pèlerin me permettra de trouver ma ration de taboulé et un peu de fromage. Et plus loin un bar au service absolument ravissant me servira un grand café bien fort avec mon pain au chocolat. Une rennaise de la Martinique perdue dans les Landes. Le vent souffle fort pleine face toute la journée. C'est épuisant. J'ai envie de m'arrêter à 90 kms, mais je dois retrouver un cyclo rennais à St Jean Pied de Port, alors il faut que je me fasse violence. Un coca comme coup de fouet dans  une auberge de campagne me donnera le tonus pour rejoindre Dax, ville d'eau ou les camping cars sont légion et les campings au diapason de la clientèle. 18€ la nuit pour le cycliste, ça ne rigole pas.

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

     

    9 mai Dax - Saint Palais - Saint Etienne de Baïgorri. 102kms et 1100m de dénivelé.  Il pleut, il mouille. Pas marrant de plier sous la pluie. Je quitte la plaine pour attaquer les premiers coteaux et ça démarre par 500m à pied. Une belle grimpette à 15% sur ce que le panneau indique comme étant le chemin officiel de Santiago. Petites routes et parfois route nationale. Des déviations me font un peu perdre le nord. St Palais , repas dans une sandwicherie alors que je suis trempé comme une soupe. Heureusement le soleil pointe un rayon et la fin de la journée sera plus agréable. Quelques belles côtes le long de ce parcours. Je pointe mon crédential  à St Jean Pied de Port et tape la causette avec le président du Codep FFCT de l'Ain qui m'aborde devant l'office du tourisme. Direction le superbe camping municipal de St Etienne de Baïgorri ( 4€ la nuit) ou je retrouve Yves, du Royal Athlétic Club, à moins que ce ne soit le Roazhon athlétic club. Je vais commencer à le former à mes pratiques licencieuses: une pinte de bière après l'effort. Demain il y a un Trail en montagne et des  bretons sont déjà sur place pour participer à la course.

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    La via de Tours

    Les couleurs du SC Le Rheu flottent au camping de St Etienne de Baïgorri

    La via de Tours

    Yves, cycliste du RAC, initiation à la dégustation de bière locale.  Charge à moi de lui faire découvrir l'esprit du camino.

     

    Fin de la descente française réalisée un peu au pas de charge. Il va falloir se calmer mon brave. 

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Pascale
    Mercredi 6 Juin à 09:08
    C'est sympa cette balade, merci de partager. J'arrive de Toulouse où j'ai retrouvé les moustisques aussi,la plaie...
    A bientôt
    Bises
    Padcale
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :