• 10 mai Le camino Françès

    10 mai: St Etienne de Baïgorri - Pampelune- Puente  la Reina. 100kms, dénivellé 1450m

    Temps un  peu maussade au réveil, mais la pluie annoncée par la météo ne va pas pointer le bout de ses gouttes dans la vallée. Nous allons pouvoir plier tranquillement avant d'aborder le passage des Pyrénées par le col de Garzéla. Au sud de Pampelune , nous aurons le droit au col de Pardon pour corser l'addition.

    Il faut d'abord s'adapter au rythme de pliage de mon voisin de chambrée. C'est un lève-tôt , ce qui est heureux car il prend le temps de bien faire les choses. Nous allons souhaiter bonne chance à nos voisins du Finistère qui participent au trail de 150 kms dans la montagne.

    J'avoue que je suis un peu tendu car je ne sais pas comment aborder un col qui va nous faire monter pendant 30 kms. Yves croit l'avoir reconnu la veille sans ses bagages et m'annonce une partie à 15/18% qu'il faudra passer pied à terre. "mais à la venta vers 800m d'altitude , c'est fait, le col est passé" m'a t'il prévenu. Dans cette première partie, Yves a  découvert un aspect de mon caractère quand je lui intime l'ordre de se taire quand on monte. La douleur à l'effort est individuelle et rien de plus démoralisant qu'un bavard à vos côtés quand vous êtes au taquet.

    je vais économiser mes forces pendant la première partie de la montée jusqu'au café dans la très belle vallée des Aldudes. Petite pensée pour les 2 producteurs de la région ( fromage, jambon sec de cochon noir) qui viennent tous les ans aux tablées du Rheu. Vrai café de village. Un coin que je compte redécouvrir en moto cet été. Grimpette en poussant les vélos sur près de 1 kms avant de remonter en selle et de rejoindre la venta, magasin espagnol sur la frontière. Nous y faisons nos courses et finissons par manger sur place un plateau de jambon, alors que la pluie fait son apparition. Un groupe de cyclistes  arrive d'Espagne et nous annonce qu'il tombe à seau et qu'il fait froid.  On va se couvrir. Trop peu en ce qui me concerne car je serais complètement frigorifié au cours de la descente. Et nous découvrons, Yves  comme moi,  que ce qu'il avait pris comme le col ne l'était pas. Un simple palier avant d'attaquer 2 kms de montée à 8% sous la pluie battante. Je vais quand même prendre le temps de faire quelques photos avant d'entamer la descente un peu périlleuse sur cette route bien glissante. Seul point positif, il n'y a pas de gravillons assassins comme sur les routes françaises. Les espagnols sont moins riches que les français en radars mais bien plus efficaces en entretien de route. 

    Arrêt à un abri bus ou je me décide à sortir des protections supplémentaires car je suis complètement gelé. Mais la pluie  va s'estomper et comme je le pressentais le soleil revient au sud des Pyrénées.  Nous rejoindrons Pampelune par les chemins fléchés et la porte fortifiée de la ville. Des pavés en acier avec la coquille et le vélo nous guident pendant la traversée de la ville. Café, photos, discussion avec une coréenne qui fait la camino...

    On va se perdre un peu à la sortie de la ville et faire un peu de hors piste sur le camino piéton. Pas très agréable. Yves grogne. Finalement le GPS nous remettra sur la bonne route avant d'attaquer le col de Pardon ses 2,5 derniers kms à 8%. Descente vertigineuse vers Puente de la Reina ou le vélo sacoche va accrocher une vitesse un peu excessive compte tenu du chargement ( + de 70 km/h)

    Camping et repas du soir à l'auberge des pèlerins au dessus de la ville, de l'autre côté du beau pont de pierre. Et un gros mensonge car Yves n'a pas de crédencial, théoriquement nécessaire pour avoir accès à la cantine de l'auberge, mais dieu nous pardonnera ce petit larçin :-))) Un vrai repas de sportif, avec ses pâtes fromage. Et au camping un voisin hollandais équipé d'un vélo à boite de vitesse Pinion. Super, parait-il, mais cher , très cher. Il va faire assez froid cette nuit , on va bien se couvrir.

     

    Bilan de la journée plutôt positif: c'est la première fois que j'affronte ces montées qui paraissent interminables avec un ensemble vélo/bagages pesant 40 kg et j'arrive à maîtriser l'impatience qui m'anime et garder un rythme de pédalage régulier malgré une vitesse faible , 6 à 8 km/h. 

     

     

     

    Le camino Françès

     

    Profil de la première partie jusque Pampelune

     

    10 mai Le camino Françès

    Le camino Françès

     

    Le camino Françès

    Le camino Françès

    Le camino Françès

     Les cuisses sont bien chaudes après la montée en poussant le vélo. 

    10 mai Le camino Françès

    Le camino Françès

     

    Le camino Françès

    Le camino Françès

    Le camino Françès

    Le camino Françès

     


  • Commentaires

    1
    JC
    Samedi 9 Juin à 08:17
    Salut JM, toujours aussi trépidantes des randonnées ! bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :